Jeudi 13 janvier 2011 4 13 /01 /Jan /2011 13:47

Barbier1944a 

Bernard Barbier est né à Raffetot le 24 Février 1913. 

A 17 ans et demi, le 1er Octobre 1930, il s'engage pour une durée de 8 ans à l'école spéciale militaire. 

Dès le 13 Septembre 1932, il est nommé sous-lieutenant et affecté le même jour à l'école militaire et d'application de l'aéronautique. 

Il est breveté pilote d'avion (N° 24045) le 4 Septembre 1933, mais obtient aussi, alors qu'il est déjà pilote, son brevet d'observateur en avion (N° 2699) le 13 Juillet 1934. 

Le 25 Juillet 1934, il est affecté à la 6ème escadre aérienne basée à Reims. Il vole dans la 2ème escadrille du GC I/6.

Bernard Barbier est nommé Lieutenant le 1er Octobre 1934 au sein de la 6ème escadre, escadre renommée depuis le 11 Août 42ème escadre de chasse mixte.

Le 8 Mars 1938, pendant une tempête de neige, il s'écrase avec son Morane Saulnier 225 sur la montage de Reims. Par miracle, il s'en tire sans une égratignure !

Jean Machet, commandant de la 1ère escadrille (SPA 95) du GC I/42 le choisit le 1er Mai 1936 comme son second. Le groupe est alors équipé de Dewoitine 500 et 501. 

D501.2                                  D. 501 de la 1ère escadrille du GC I/42. Le N° 2 est l'avion de B. Barbier

Bernard Barbier quitte le 10 Avril 1937 le groupe de chasse pour rejoindre le Groupe Aérien Régional 564 basé à Cuers-Pierrefeu (Var).

Nouvelle affectation le 23 Mai 1938, il est transféré à la 4ème escadre aérienne pour être nommé le 15 Septembre commandant de la seconde escadrille (SPA 153) du GC I/4. B. Barbier est promu capitaine le 15 Septembre 1938. 

Les 27 et 28 Août 1939 le GC I/4 s'installe avec ses Curtiss H. 75 tout neuf sur le terrain de Wez-Thuisy dans la Marne, pour être transféré le 12 Novembre sur le terrain de Norrent-Fontes (Pas-de-Calais).

Curtiss.SPA153                                                           Curtiss H75 de la seconde escadrille du GC I/4

Dans cette période que l'on appellera "la drôle de guerre", le GC I/4 mêne de nombreux combats contre les avions allemands.

Notamment, le 23 Novembre où Bernard Barbier accompagné de son co-équipier attaque, mais sans succès, un heinkel 111.

Par contre, le 13 Janvier 1940, en patrouille avec le sergent Lemare, il rencontre vers 13h00 un Dornier17 qui faisait route vers le sud de l'Angleterre. L'avion allemand ayant repéré les français accélère. Bernard Barbier réussit à le rattraper et à placer plusieurs attaques. A l'issue d'une poursuite d'une demie heure, le Do 17 tente de se poser dans un champ près du village de Les Hemmes (Pas de Calais). Le train d'atterissage lâche et l'avion finit sur le ventre.

La victoire sera attribuée conjointement aux deux pilotes qui reçoivent le 3 Février des mains du général D'Astier de la Vignerie la croix de guerre.

Dornier

                                 Le dornier 17 abattu par B. Barbier et Lemare

Une citation a l'ordre de la 1ère armée aérienne récompense le 6 Février cette victoire : "Commandant d'escadrille de chasse dont la valeur et l'audace sont un exemple pour tous. A abattu, avec son équipier, un avion de reconnaissance ennemi dans nos lignes, après un combat à 9000m d'altitude et poursuivi en vol rasant." 

Le mois de Mai voit le groupe changer de terrain. Le 1er il repart pour Wez-Thuisy pour gagner le 10 Mai le terrain de Dunkerque-Mardyck. 

Dès le 11 Mai le GC I/4 soutient plusieurs combats contre l'aviation allemande.

Au cours de l'un deux B. Barbier est légèrement blessé à l'oeil par une balle tirée plein travers par un Messerschmitt 109.

Il rompt le combat et rentre au terrain accompagné par l'adjudant-chef Kesse.

Le 16 Mai, il engage entre Beveland et Walcheren (Belgique) un avion d'observation Henschel 126, tire 200 coups et neutralise le mitrailleur arrière. L'avion est touché mais ne lui sera compté que comme victoire probable.

Wez Thuisy1                                                                B. Barbier au PC du groupe de chasse I/4

Devant l'avancée allemande, le groupe de chasse est transféré le 20 Mai à Villacoublay puis le 1er Juin à Evreux-Fauville. 

Le 5 Juin, une patrouille du GC I/4 effectue une mission de protection de 7 Breguets 693 sur Abbeville. Soudainement les avions français sont attaqués par des Messerschmitts 109, et au cours du combat B. Barbier abat en compagnie du lieutenant d'Alançon un Me 109 au-dessus de la forêt d'Eu (Seine Maritime). Cette victoire lui sera homologuée.

Le lendemain vers 19h30, en vol avec le sergnet Keller, il rencontre un Henschel 126 sur lequel il tire 2525 balles ! L'avion s'écrase vers Preuseville (Seine-Maritime), ce sera la 3ème et dernière victoire de B. Barbier lors de la campagne de France.

Barbier.1940.1a            B. Barbier devant son Curtiss en compagnie des deux marraines de l'escadrille SPA 153

Le 10 Juin le groupe se déplace sur le terrain de Droisy (Eure) puis le lendemain sur le terrain de Chartres. 

Ce 11 Juin, tentant de repérer en volant à basse altitude le PC du groupe vers Yvetot, B. Barbier est blessé au pied par des tirs venant du sol.

Malgré la douleur, il parvient à se poser en campagne à l'est d'Evreux et rentre en stop à Chartres ! Il est aussitot évacué sur l'hôpital de Chartres. La bataille de France s'achève ainsi pour lui.

C'est le lieutenant Tardy de Montravel qui le remplace à la tête de la seconde escadrille du GC I/4.

En récompense de ses actes, Bernard Barbier est nommé chevalier de la légion d'honneur le 23 Juin 1940 avec cette citation : "Chef d'escadrille de premier ordre, effectuant à la tête de son unité toutes les missions depuis le début de la bataille. Blessé en combat aérien le 11 Mai en Hollande, demeuré à la tête de son unité, a effectué du 10 Mai au 11 Juin plus de 30 missions de guerre. De nouveau blessé le 11 Juin au cours d'une mission périlleuse au dessus de troupes encerclées, il a réussi cependant à rentrer dans nos lignes. A tenu, malgré sa blessure, à se faire transporter auprès du commandant pour rendre compte de sa mission."

Le lendemain, il est à nouveau cité à l'ordre l'armée aérienne : "Brillant chef d'escadrille qui le 5 Juin 1940 a réussi à abattre un Messerschmitt 109 (2ème victoire). Le 6 Juin a poursuivi jusqu'au sol et gravement endommagé un Heinkel 126 au cours d'une mission de protection de notre aviation."

En Novembre 1940, il est muté à la 1ère escadrille (SPA 94) du GC II/1, groupe basé au Luc (Var) et équipé de Bloch 152.

Bloch152.SPA94                                                            Bloch 152 de la 1ère escadrille du GC II/1

Le 5 Avril 1941, B. Barbier est à nouveau affecté au GC I/4 qui est alors basé à Dakar-Ouakam (Afrique Occidentale Française).

Nouveau changement en Septembre 1941 puisqu'il est nommé commandant de la 6ème escadrille de chasse autonome basée à Thies (près de Dakar), escadrille qui utilise des Curtiss H75. 

4 mois plus tard, il est muté à la 3ème escadrille (SPA 26) du GC II/6 basé à Thies et équipé de Dewoitine 520. B. Barbier en devient le commandant le 22 Avril 1942.   GC2.6.Thies1942

                                    B. Barbier et le GC 2/6 à Thies en 1942

En Janvier 1943, il est à nouveau affecté au GC I/4, en l'occurence à la 3ème escadrille la SPA 124 Jeanne d'Arc.

Les groupes de chasse français basés en Afrique ayant repris la lutte à côté des alliés depuis Mai 1943, B. Barbier part du 14 Mai au 15 Juillet à l'école d'application du personnel navigant à Marrakech afin de se perfectionner au matériel américain.

Du 18 Juillet au 16 Novembre 1943 il est affecté au célèbre groupe de chasse La Fayette et plus précisément à l'escadrille des Cigognes (SPA 167) qui vole sur Curtiss P40. Le groupe est alors basé en Algérie, et les missions consistent surtout à la protection aérienne de convois en mer.

P40.SPA167          pilote du GC La Fayette montant dans son P40 de la 2ème escadrille les Cigognes

Nouvelle affectation pour Bernard Barbier fin Novembre 1943. Il est nommé commandant du groupe de chasse 2/3 Dauphiné. Ce groupe est alors équipé de Hurricane II C et effectue surtout des missions de protection de convois en mer.

Dauphine1                               Patch en cuir du GC 2/3 appartenant à Bernard Barbier

A partir de Mai 1944, les entrainements sur Republic P47 Thunderbolt commencent, les missions se font exclusivement sur P47 à partir de Juin.

A partir du 13 Juin , les missions sur l'Italie et notamment l'ile d'Elbe se succèdent, le GC 2/3 couvre les troupes françaises qui débarquent sur l'ile.

Le 17 Juin, B. Barbier commande une mission d'attaque du port de Rio-Marina. Les P47 attaquent les batteries, bombardent le port, détruisent une jetée, coulent deux péniches et réduisent au silence les nids de mitrailleuses.

Ces actions valent au groupe de chasse une citation du général Delattre de Tassigny qui, en tant que commandant des forces de débarquement dans l'ile d'Elbe, félicite le GC 2/3 et son commandant le capitaine Barbier pour la part active et heureuse que ce groupe a pris dans la conquête de cette ile.

P47.SPA81.2                                P47 Thunderbolt de la 2ème escadrille (SPA 81) du GC 2/4 Dauphiné

B. Barbier est promu Commandant le 25 Juin 1944.

Les missions sur l'Italie continuent tout le mois de Juillet et au mois d'Août celles sur la France s'intensifient, notamment à partir du débarquement en Provence le 15 Août.

En Octobre 1944, B. Barbier est nommé commandant en second de la 4ème escadre de chasse, mais continue de voler avec le GC 2/3 et effectue plusieurs missions en Alsace puis sur l'allemagne.

4emeE.C.1          insigne de la 4ème escadre de chasse appartenant à B. Barbier. L'insigne porte le N° 3

Au cours d'une de ces nombreuses missions, le 3 Janvier 1945, alors qu'il attaquait un train en Allemagne, B. Barbier eut son avion sérieusement touché par la flak qui demantela complètement les gouvernes de son P47. Il réussit toutefois à regagner la base de Luxeuil. 

En Mars 1945, il prend la direction du 3ème bureau du 1er corps aérien, et ne réalise plus aucune mission de guerre jusqu'au 8 Mai.

B. Barbier est fait officier de la légion d'honneur le 16 Juin 1945.

En Juin 1945, il effectue deux vols d'entrainement sur P47, et en Septembre il est laché sur Spitfire.

A peine le deuxième conflit mondial terminé, militaire de carrière, Bernard Barbier repart au combat. En effet, il est affecté en Indochine où il arrive en Décembre. Ce mois la, il effectue trois vols d'entrainement sur l'avion japonais récupéré par l'armée de l'air française, le Hayabusa KI.43 III surnommé Oscar.

Dès le mois de Janvier il effectue des missions de mitraillage à bord de son Spitfire VIII puis IX. En Février 1946, il est nommé commandant de la 1ère escadre de chasse.

1ereE.C.1                                   insigne de la 1ère escadre de chasse appartenant à B. Barbier

En récompense de ses combats avec les groupes de chasse américains en 1944 il reçoit le 25 Février 1946 l'Air medal.

Le 15 Mars 1946, il part seul pour une mission de reconnaissance sur Spitfire Mk IX. Ayant des problèmes mécaniques, il doit se poser dans une rizière. Très vite, il est attaqué par les soldats Viet-minh, et malgré une défense héroïque il est abattu.

Son corps atrocement mutilé ne sera retrouvé par des légionnaires que trois jours plus tard. Bernard Barbier avait 33 ans.

Ses obsèques seront célébrées le 19 Mars dans la cathédrale de Saïgon.

Il est cité le 21 Juin 1946, à titre posthume, à l'ordre de l'armée aérienne : "Officier supérieur animé du patriotisme le plus pur. Pilote de chasse et commandant d'escadre de très grande classe. Après s'être brillamment distingué au cours de la guerre 1939-1945, a rejoint l'Indochine pour participer aux opérations de pacification. Au retour d'une mission aérienne au profit des opérations du Moyen Donnai, n'a pas hésité à faire un crochet pour renseigner le commandant du secteur sur la situation vers Longh Thanh. Contraint à un atterrissage forcé au moment où, ayant repéré une bande rebelle, il la prenait en chasse. S'est battu à terre seul contre un groupe important. A succombé sous le nombre après s'être vaillamment défendu. Emporte dans une mort glorieuse l'admiration de tous. Restera un des plus beaux exemples de la campagne d'extrème-Orient 1945-1946."

Cette citation s'accompagnait de l'attribution de la croix de guerre avec palme. 

 

Je remercie très chaleureusement Christian Barbier, fils de Bernard, pour m'avoir permis de consulter les documents de son père, permettant ainsi la rédaction de cet article. 

 

 

 

 

 

Par JJ.L
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus